Port-au-Prince Art Performance : la danse contemporaine fait son laboratoire avec “Tichèlbè”

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Après 14 jours de laboratoires d'initiation, les jeunes de Kettly Noël ont livré une adaptation de son œuvre de danse contemporaine "Tichèlbè" : une démarche artistique engagée contre les violences faites aux femmes. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

précédent suivant
25 juin 2018

Port-au-Prince Art Performance : la danse contemporaine fait son laboratoire avec “Tichèlbè”

David Nieto

Mardi 5 juin. 6h pm. Sur la place Jérémie (Port-au-Prince), une trentaine de danseurs, accompagnés de percussionnistes, se réunissent pour un spectacle en pleine rue. Âgés de 16 et 20 ans, ces 34 jeunes enchaînent les mouvements de danse contemporaine, en restitution des ateliers d’initiation du Port-au-Prince Art Performance (PAPAP). Organisé durant 14 jours par l’artiste chorégraphe haïtienne Kettly Noël, en collaboration avec la Mission des Nations unies pour l’appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH), le laboratoire « Tichèlbè » aborde un sujet clé en Haïti. Celui des violences faites aux femmes, que cette nouvelle génération d’artistes entend dénoncer à travers la danse.

En créole haïtien, le « Tichèlbè », c’est le séducteur. Pourtant, le laboratoire de danse de Kettly Noël présente une autre figure masculine. Dans sa célèbre création du même nom, la chorégraphe haïtienne représente un homme brusque qui fait preuve de violence vis-à-vis de sa compagne. Laquelle se soumet à cette domination avant de s’en extraire, mettant la violence en miroir de son sursaut. Une œuvre reprise par les 34 jeunes danseurs des laboratoires d’initiation de PAPAP.

Il y a encore trop de déséquilibres dans les relations entre hommes et femmes.

 

« Ici, on travaille sur les clichés qui circulent sur les femmes en Haïti, mais aussi sur les hommes, souligne Lesly Maxi, lui-même comédien et metteur en scène. Il y a encore trop de déséquilibres dans les relations entre hommes et femmes. Les femmes sont souvent vues comme faibles. Mais elles sont aussi considérées comme les potomitans (les « piliers ») de notre société. C’est contradictoire ! »

Danseuse professionnelle et professeure de danse, Rita Julie Jean-Louis assiste Kettly Noël pour organiser les ateliers PAPAP : « Nous essayons de voir comment on peut sensibiliser les jeunes à la non-violence. Cela veut dire trouver une autre façon de réagir, d’exprimer sa colère ou sa frustration… Sur l’égalité hommes-femmes, beaucoup repose sur l’éducation des hommes. En tant que femme, tout commence par l’éducation des petits garçons qui ne doivent pas se sentir supérieurs aux filles dans la maison. Ni se sentir diminués s’ils pleurent ou s’ils éprouvent des émotions… »

PAPAP : une plateforme pour les jeunes artistes émergents

Danseurs, chorégraphes, comédiens : ils sont nombreux à profiter aujourd’hui de l’événement place Jérémie pour exposer leurs œuvres et leurs projets auprès du public. « Notre objectif est de faire une nouvelle proposition vis-à-vis de l’art tel qu’il existe en Haïti, explique Cheno François, danseur. Il ne s’agit pas ici de danse traditionnelle mais contemporaine, une façon de faire passer un message subliminal. C’est une expérience incroyable qui a vraiment été portée par la fougue de Kettly Noël. Une invitation à la tolérance, à l’altruisme mais aussi à l’implication de chacun dans la société. »

Port-au-Prince Art Performance

Découvrez la galerie de photos des ateliers de Port-au-Prince Art Performance.

Ces ateliers m’aident beaucoup à aller de l’avant et à construire mon avenir.

« En Haïti, c’est difficile de réussir, témoigne la danseuse Daphney Dumesle. J’ai beaucoup lutté pour terminer mes études et en arriver là. J’ai décidé d’être patiente pour réussir la tête haute. Je suis issue d’une famille pauvre mais j’ai réussi à devenir ma propre entrepreneure. » Pour elle, les ateliers dont celui de Tichèlbè ont contribué à faire passer un message mais aussi à la mettre en contact avec ceux qui sont passionnés comme elle par l’expression corporelle : « Après la restitution, on se retrouve en famille. On est tous comme liés ensemble et personne ne veut que ça se brise. Ces ateliers m’aident beaucoup à aller de l’avant et à construire mon avenir ».

Comment donc en finir avec les violences basées sur le genre ? À coup sûr avec plus de lien social pour Daphney Dumesle : « Pour que la société soit sans violence, il faut que tout le monde se considère comme une famille. Cette autre fille est ma sœur : je lui veux de bien et je la protégerai si elle en a besoin. C’est en tout cas le message qu’on essaie de véhiculer sur scène avec le public. »