#IlEtaitUneFABLE : "Et toi, quelles valeurs te font bouger ?"

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Le 21 septembre, à Port-au-Prince, la MINUJUSTH célébrait la journée internationale de la paix avec la cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE. © Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

précédent suivant
2 oct 2018

#IlEtaitUneFABLE : "Et toi, quelles valeurs te font bouger ?"

Sophie Boutaud de la Combe

La cérémonie d’annonce des résultats du concours #IlEtaitUneFABLE s’est déroulée à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la paix, vendredi 21 septembre, à Port-au-Prince, après plusieurs mois de diffusion auprès des médias et sur les réseaux sociaux des 33 fables écrites par des écolier(e)s.

L’impatience des 29 jeunes filles et jeunes garçons était à son comble vendredi soir. Accompagnés de leurs parents, frères et sœurs ou amis, ils prirent place dans le public de 200 personnes venus les soutenir et découvrir avec eux les lauréates et lauréats du concours. 

En attendant l’arrivée des officiels, chacun profita de l’espace dédié pour se faire photographier avec sa morale, seul(e) ou en groupe. Derrière les sourires et la fierté d’être là, le suspens se lit un peu sur les visages. 

C’est que l’occasion est solennelle. « Aujourd’hui, nous célébrons la journée internationale de la paix à travers le monde » annonce d’entrée de jeu la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et chef de la MINUJUSTH, Helen La Lime.

Partageant avec l’auditoire quelques passages du message du Secrétaire général des Nations Unies, Mr. António Guterres, à l’occasion de cette journée, et notamment qu’« il revient à chacun d’agir à son niveau, à l’école, au travail, ou chez soi, car chaque effort compte », Madame La Lime se tourna directement vers les jeunes participants du concours : « Votre engagement pour Haïti est en avance sur ce que demande le Secrétaire général. Je vous félicite pour votre esprit d’initiative. Vous nous démontrez par vos prises de position, à travers vos fables, que vous êtes engagés pour bâtir l’avenir d’Haïti. Votre avenir ».

A l’occasion de leurs discours respectifs, l’UNESCO et la Commission Nationale de Coopération avec l’UNESCO remercièrent chaleureusement les artistes Franketienne et Savannah Savary pour avoir aidé à faire naître ces textes qui sont l’objet de toutes les attentions ce soir.

La force de l’imaginaire, c’est ça la richesse haïtienne !

Avec ces propos, Franketienne ne s’est pas privé de partager avec l’assistance son jugement autour de cet événement qu’il qualifie « de haute portée culturelle » et qui constitue pour lui « un sérum ». Cette expérience lui a permis de « flairer ce qui se produira assurément, dans une certaine décennie de ce siècle, où l’on verra des jeunes, peut-être qui sont là dans la salle, en train de redresser la barque haïtienne et de donner l’exemple aussi à l’échelle internationale pour que la barque planétaire aussi se redresse, parce que, nous tous actuellement, nous marchons mal »

Quelles valeurs te font bouger ?

C’est bien la vision, la détermination et le sens du bien commun démontrés par les participantes et participants du concours au travers de leurs fables et de leurs morales, qui se retrouve aussi dans le message inscrit au dos des T-Shirt offerts aux invités: « Et toi, quelles valeurs te font bouger ? ».

Car c’est à l’action qu’ils appellent par leurs fables. Agir pour replacer les valeurs au cœur des engagements individuels et citoyens et se démarquer des intérêts personnels que cherchent à assouvir, trop souvent ceux qui sont au pouvoir alors même qu’ils devraient montrer l’exemple.

Vous êtes tous des gagnants !

Le silence de la salle est couvert par les applaudissements alors que les membres du jury lisent successivement tous les noms des nominés, dans chaque catégorie, avant de sortir cérémonieusement des enveloppes les cartons où sont inscrits les noms des six lauréates et six lauréats des prix du public et du jury.

En montant sur scène recevoir leurs prix, toutes et tous laissent éclater leur joie et se prendre en photo, avant de retourner à leur place, sous les bravos de l’assistance.

Nominé(e)s ou gagnant(e)s, les 29 participants reçurent un sac d’école, comprenant un dictionnaire de français, un dictionnaire de français-créole, des livres et une bande dessinée sur les objectifs du développement durable produite par les Nations Unies. En plus, les gagnant(e)s ont reçu une tablette numérique (fabriquée en Haïti).

Mais le plus précieux des souvenirs sera sans doute celui d’entendre Franketienne interpréter leur fable, pour Darshyla-Ben Alexis (« Au Cimetière ») et Salviner Vilme (« Le jugement de la Poule et du Pigeon »), respectivement 1er prix et deuxième prix du jury.

Le projet continue

Un verre à la main, les invités prirent le temps de relire les fables installées sous forme de poster dans la salle attenante, exprimant leur admiration pour cet imaginaire en action.

Françoise Beaulieu Thybulle, bibliothécaire-documentaliste qui a œuvré une bonne trentaine d’années dans les circuits des bibliothèques et qui était l’un des six membres du jury, témoigne avoir été tout à fait dans son élément et étonnée du même coup de voir la qualité des œuvres produites. Ce qui donne espoir selon elle, également.

Les media présents, pour leur part, ne manquèrent pas d’interroger sur la suite. « Le projet continue », répondit Sophie Boutaud de la Combe, chef de la Communication de la MINUJUSTH.

« Nous allons organiser des discussions autour des fables dans les écoles ayant participé au concours. Nous allons également les faire illustrer par des artistes et les publier afin d’accompagner la mobilisation citoyenne de ces enfants. », précisa t-elle.

Prix du jury :

Catégorie sécurité publique :

Catégorie état de droit :

Catégorie droits de l’homme :

Prix du public :

Catégorie sécurité publique

Catégorie état de droit

Catégorie droits de l’homme